Le futur des jeux d’objets cachés – Entretien avec Patrick Wylie, VP des studios Big Fish

Publié par Éditeur de presse le 01/11/2014 dans Editos

Patrick Wylie

Nous avons rencontré Patrick Wylie, vice-président des studios Big Fish, les développeurs à l’origine de la série Mystery Case Files. Il partage sa conception de l’avenir des jeux d’objets cachés et nous fait entrevoir la révolution qui s’en vient.

Selon vous, comment les nouveaux formats et plateformes vont-ils influencer les créateurs de jeux d’objets cachés ?

Je pense que l’évolution des jeux d’objets cachés est indissociable de l’innovation en terme de plateforme et de leur format. Les tablettes, par exemple, accompagnent autant qu’elles initient les transformations. Elles augmentent la jouabilité : on peut littéralement frotter un objet sale dans le but de le nettoyer ou encore écarter des objets qui nous empêchent de progresser. Toutes ces possibilités permettent une plus grande interaction avec l’univers et une plus grande immersion du joueur, qui s’engage davantage dans le jeu en utilisant ses mains plutôt qu’une souris. Inversement, il est plus difficile d’adapter les jeux d’objets cachés sur smartphones en raison de la taille de l’écran.

On entend beaucoup parler du “cloud” en ce moment. Est-ce que cette technologie peut influencer le développement des jeux d’objets cachés ?

Le cloud, qui permet la dématérialisation des données, présage une grande fluidité de jeu. Imaginez un peu commencer une partie sur un ordinateur pour la poursuivre sur la télévision et la finir sur tablette ou smartphone dans les transports en commun ! Nous n’en sommes qu’à la naissance de cette technologie, mais elle est très prometteuse et nous pousse déjà à l’innovation. Un des défis que nous devons relever est de fragmenter le temps de jeu en petites séquences sans sacrifier son unité. Le fractionnement du temps que les joueurs consacrent désormais à un jeu pose des questions auxquelles des jeux comme les Match 3 ou Angry Birds ont trouvé une réponse.

Le scénario des jeux va-t-il également évoluer ?

La création naît de la contrainte, et les contraintes de format conditionnent le scénario dans le jeu vidéo. Le free-to-play naît ainsi dans un contexte bien particulier. Les jeux en free-to-play sont gratuits à l’exception d’objets que l’on peut acheter pour progresser. La qualité de leur scénario les rapproche d’une série télévisée dans la mesure où leur intrigue principale se double d’intrigues secondaires.

Les jeux d’objets cachés s’adaptent particulièrement bien à ce modèle. Prenons l’exemple de la saga Mystery Case Files, qui compte désormais 9 titres. Les jeux forment un ensemble cohérent, mais il est possible de jouer à chacun d’entre eux sans connaître le précédent.

Existe-t-il des projets de Big Fish Studios qui prennent en compte ces nouvelles plateformes ?

Bien sûr ! Les développeurs qui ont travaillé sur un de nos prochains jeux, Dark Manor, ont pris en compte les nouveautés qu’offrent par exemple les tablettes pour bâtir si ce n’est le plus beau, du moins l’un des plus beaux jeux d’objets cachés de notre catalogue. Nous avons hâte de voir nos clients découvrir la liberté qu’offre le cloud et de voir comment ils s’approprient cette possibilité de commencer un jeu sur un iPad ou un PC et de poursuivre sur un iPhone. Une nouvelle ère s’ouvre à nous, et nous avons hâte de voir comment nos joueurs s’approprieront cette multitude d’écrans !

Publié par

Rédiger un commentaire